Avec les Accords d’Arusha, l’armée burundaise avait subi une réforme radicale en intégrant 50 % de Hutu et 50 % de Tutsi, et en relevant le défi de créer un même contingent à partir de combattants auparavant ennemis.

Sa réussite donna corps à l’espoir d’un dépassement des clivages ethniques. Nkurunziza s’emploie à déliter cette institution qui ne lui est pas naturellement acquise en introduisant notamment des chaînes de commandement parallèles.

Le risque est réel que l’Armée burundaise vole en éclat à travers des affrontements meurtriers.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Silence ! On détruit l’armée burundaise
656 signes + 1 document
  •  pdf, (425.1 ko)
À l’intérieur de la rubriqueN°10 • 2016
Popularité:  +++
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.