« La vingt-cinquième heure, c’est le moment où toute tentative de sauvetage devient inutile. Même la venue d’un Messie ne résoudrait rien. Ce n’est pas la dernière heure, c’est une heure après la dernière heure C’est l’heure actuelle. L’heure exacte. … » - Virgil Gheorghiu

Du chef d’œuvre du chanteur burundais Barakamfitiye ne reste que la nostalgie, relent d’un patriotisme pour le Burundi, cette patrie qui se meurt. Depuis fin avril 1972 et bien avant en 1965, l’histoire de ce pays est écrite en lettres de sang.

Le Burundi ne cesse d’enterrer ses morts pour ensuite les oublier et laisser leurs massacres impunis. Le sang versé a toujours été suivi d’une impunité qui a nourri la récidive pour les bourreaux, et le sentiment d’injustice et de vengeance pour les victimes. Pour sa part, le pouvoir fait recours à son armée, sa police et ses milices pour mener des répressions sanglantes, des massacres à grande échelle des populations civiles souvent innocentes et des exactions extrajudiciaires.

(...)

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Quelle heure est-il au Burundi ?
1135 signes + 1 document
  •  pdf, (484.3 ko)
À l’intérieur de la rubriqueN°10 • 2016
Popularité:  +
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.