Lettre ouverte au Président de la République française et à tous les parlementaires français et européens

Le 28 août 2000, l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi, signé après deux années de médiation de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, enrayait la logique d’une trop longue guerre civile.

Cet accord ouvrait au peuple burundais l’espoir de vivre dans un pays démocratique capable d’endiguer les démons de l’ethnisme qui ont conduit trop souvent ce pays au bord des génocides.

Premier président élu sur la base de cette espérance en 2005, Pierre Nkurunziza se sera appliqué depuis lors à renier l’ensemble des dispositions des accords d’Arusha et à bafouer la constitution burundaise en extorquant un troisième mandat présidentiel en 2015.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Pour en finir avec la terreur d’État au Burundi
894 signes + 1 document
  •  pdf, (416.4 ko)
À l’intérieur de la rubriqueN°10 • 2016
Popularité:  +
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.