Voici une information qui m’est parvenue d’un certain Monsieur G. Celui-ci, professeur d’Histoire de son état, a été inspecté l’année scolaire précédente. Il a cru bon de me faire parvenir un extrait de son rapport d’inspection et de son “contre rapport” qu’il fit parvenir à son inspectrice. La raison en est que l’affaire rwandaise se trouve au centre du “débat courtois” qui a eu lieu entre Monsieur G et son inspectrice, et qu’il estime que celui-ci est tout à fait symptomatique de l’importance que commence à prendre le Rwandagate au sein même de l’Éducation Nationale. Voici donc successivement les deux éléments de ce “débat courtois”. À vous chers lecteurs d’en tirer quelques conclusions.

Emmanuel Cattier

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Parler du Rwanda à l’école
31456 signes + À l’intérieur de la rubriqueN°1 • 2007
Popularité:  ++
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.