Entretien avec Benjamin Chapeau et Ignace Fabiani, à Kigali

Auteur de Rwanda, Les coulisses du génocide, Vénuste Kayimahe aura été un témoin privilégié de la présence française au Rwanda. Il est surtout une voix importante parmi les rescapés. En 2001, il appelait à la création d’une Maison de la Mémoire du Génocide des Tutsi du Rwanda, « une institution libre et indépendante où l’on viendrait se documenter sur le génocide tutsi et les autres génocides inscrits dans son histoire par la main cruelle et meurtrière de l’homme », proposait-il. On peut regretter qu’il n’ait été entendu, et on rêverait que l’ancien Centre culturel français, où il a travaillé vingt ans, soit aussitôt réquisitionné à cet effet.
« Les gens sont de mauvaise foi quand ils essayent de nier l’évidence », dit-il. « Les Français avaient les moyens d’arrêter le génocide s’ils l’avaient voulu. »

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Pardonner ?
14431 signes + À l’intérieur de la rubriqueN°1 • 2007
Popularité:  ++
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.