Les interviews de Ruzibiza (Contact FM, France Culture, Libération)
Ordonnance du juge Bruguière

Abdul Joshua Ruzibiza, le principal témoin du juge français Jean-Louis Bruguière et de son homologue espagnol, vient de se rétracter lors d’une interview exclusive accordée à la station de radio Contact FM : il a avoué que l’affaire a été fabriquée par lui avec l’aide de hauts fonctionnaires du gouvernement français et des membres des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Dans cette interview survenant trois ans après la sortie de son livre et deux ans après la publication du rapport de l’enquête du juge Bruguière qui mettent tous deux en cause les autorités actuelles dans l’assassinat de Juvénal Habyarimana, M. Ruzibiza se désolidarise totalement de l’enquête sur l’attentat contre l’avion de feu Juvénal Habyarimana menée par le juge français.

Les interviews d’Abdul Joshua Ruzibiza :

• Sur LibéLabo (Libération) par C. Ayad :

• Sur France Culture (Laure de Vulpian) :

• Sur Contact FM

En anglais :

En kinyarwanda :

« J’ai été mis en contact avec lui [Bruguière] par le biais de l’ambassade de France à Kampala et toutes les communications sont passées par la direction du FDLR », a déclaré Ruzibiza.

Il ajoute : « Nous avons été ensemble moins de 30 minutes et nous n’avons même pas échangé plus de cinq mots pour autant que je me souvienne. »

Ruzibiza affirme que sa rencontre avec Jean-Louis Bruguière, a été organisée par des membres des FDLR et par les Français de l’ambassade de France à Kampala.

M. Ruzibiza était pourtant le témoin-clé de cette enquête qui accuse le président Kagame et plusieurs membres de son entourage d’avoir mis en œuvre l’attaque aux missiles contre le Falcon 50 présidentiel.

Ruzibiza expose également le lien entre le gouvernement français et les forces génocidaires réfugiées au Congo, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dont on sait par ailleurs qu’elles ont bénéficié, même après le génocide, de livraisons d’armes de la part de la France.

Les deux autres témoins principaux de Bruguière se sont déjà rétractés

• Après la parution du rapport Bruguière, Emmanuel Ruzigana, l’un des témoins clés du juge, envoyait une lettre-ouverte au juge : « vous allez jusqu’à confirmer mensongèrement que je connaissais ceux qui auraient tiré sur l’avion, un fait que j’avais nié lors de mon interrogatoire dans votre bureau ».

• Un autre témoin du juge, Deus Kagiraneza, réagissait de même à la parution de l’ordonnance de soit-communiqué au nom de laquelle Rose Kabuye a été arrêtée aujourd’hui à Francfort :
« Votre rapport est faux, et manque de rigueur au niveau de l’analyse », écrivait alors ce supposé témoin à charge…


Rappel :

• Les 64 pages de l’ordonnance ont été examinées en détail dans un article – tout aussi long – de Jacques Morel et Georges Kapler, paru dans le numéro 1 de la Nuit rwandaise, le 7 avril 2007. On pouvait dès lors relever que le travail du juge d’instruction parisien reposait sur des témoignages pour le moins douteux.

A lire :

• Un juge de connivence ? de Jacques Morel, Georges Kapler. Analyse de l’ordonnance de soit-communiqué du juge Bruguière mettant en cause Paul Kagame pour l’attentat du 6 avril 1994 à Kigali ;

• « Rwanda. L’histoire secrète » de Abdul Joshua Ruzibiza ou Mensonges made in France ? de PIERRE JAMAGNE - Présentation de Jacques Morel

- sur d’autres sites :

• Rose Kabuye arrêtée à Francfort (izuba.info)

• La supercherie du juge Bruguière (propaglande.org)

• L’un des témoins clés du juge Bruguière se rétracte (propaglande.org)

• Un deuxieme « témoin » de Bruguière crache sur son rapport (propaglande.org)

Mis en ligne par :   Webmaster
Documents joints

Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.