Yolande Mukagasana

Il y a eu les cent jours du génocide, et avant, et après. Yolande Mukagasana se souvient de la nuit rwandaise. Depuis 1959. Elle se souvient aussi de 1990, d’un certain 1er octobre – et surtout de cette nuit du 4 au 5 octobre, le véritable point de départ de ce qu’il faudrait appeler la nuit française.

Cette nuit qui n’en finit pas. Aujourd’hui, dans la diaspora, les rescapés côtoient leurs bourreaux qui sont libres de revendiquer le crime, à ciel ouvert.

La nuit rwandaise continue.

Mis en ligne par :   Yolande Mukagasana

Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.