Union des Populations du Cameroun

Le samedi 13 septembre 1958, un détachement de l’armée française opérant par patrouilles de quatre à cinq personnes aidées de pisteurs, de ralliés et de prisonniers, avait entrepris la fouille systématique de la brousse aux environs de Boumnyebel dès les premières heures du jour.

En fin de matinée, l’une des patrouilles qui avait repéré les traces des chaussures que portait Um Nyobe retrouva toute la petite équipe du secrétaire général de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) au pied d’un rocher que jouxtait un marigot.

Inquiétée par le nombre de patrouilles militaires qui passaient aux abords immédiats du Grand Maquis ces derniers mois, l’équipe qui accompagnait Mpodol avait en effet décidé d’abandonner son refuge de Mamélel où la sécurité du leader nationaliste ne semblait plus assurée.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : La mort de Ruben Um Nyobe
944 signes + 1 document
  •  pdf, (116.8 ko)
À l’intérieur de la rubriqueN°9 • 2015
Popularité:  +
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.