François Graner
l’arbitraire du secret et le marathon administratif

« La vérité maintenant ! »
« Levez le secret-défense ! »

Des journalistes, des chercheurs, des militants associatifs, des éditeurs, et des organisations comme Egam ou Survie ont mené campagne autour des milliers de documents de l’intervention française au Rwanda. Même le Premier ministre de l’époque, Edouard Balladur, ou le ministre de la Défense, François Léotard, se sont déclarés favorables à l’ouverture des archives.

Le 7 avril 2015, l’Elysée a annoncé une levée du secret-défense sur une liste de documents. En réalité, durant les douze mois qui viennent de s’écouler, la documentation nouvellement accessible n’a inclus aucun de ces documents déclassifiés : curieusement, elle a été constituée en tout et pour tout d’un seul paragraphe, qui théoriquement aurait dû rester secret.


Mis en ligne par :   François Graner
Documents joints

Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.