Par ses enquêtes rigoureuses sur les crimes commis en exYougoslavie, Florence Hartmann a contribué à la création du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (TPIY) en 1993. Vingt-trois ans plus tard sa dénonciation des pressions des grandes puissances sur la justice internationale et des pratiques illégales d’acteurs du TPI, ont conduit à son arrestation sur ordre de juges de cette institution.

Cet acte est un crime contre la vérité et la justice.

Florence Hartmann a reçu le 10 décembre 2011 le prix des Droits de l’Homme pour l’ensemble de son travail, décerné par le Comité Helsinki de Croatie. Elle nous avait fait la joie et l’honneur d’intervenir lors des deuxièmes rencontres de La Nuit rwandaise le 18 avril 2014.

Elle a accepté de s’entretenir avec l’un des collaborateurs réguliers de la revue en septembre 2015. Voici l’essentiel de cet entretien exceptionnel.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre :  Justice ou injustice internationale ?
995 signes + 1 document
  •  pdf, (501.7 ko)
À l’intérieur de la rubriqueN°10 • 2016
Popularité:  ++
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.