Propos recueillis par Serge Farnel

C’est la première fois qu’une Européenne témoigne, en son nom et à visage découvert, de la participation physique des soldats français au génocide des civils tutsi. Autre révélation de ce témoignage, prépondérante dans la démonstration de la vérité : des soldats tricolores arrêtaient les Tutsi jusqu’à deux jours avant l’attentat contre l’avion de Habyarimana. À un moment – avant le déclenchement de l’opération Amaryllis – où les militaires français n’étaient pas censés se trouver au Rwanda. Surtout, Nicole Merlo témoigne d’une présence systématique de soldats français aux côtés de Rwandais, « à toutes les barrières », ce qui permet d’entrevoir qu’il pouvait y avoir sur le terrain bien plus que quelques dizaines de coopérants militaires en avril 1994.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : « Il y avait des Français à toutes les barrières »
34583 signes + À l’intérieur de la rubriqueN°1 • 2007

Site référencé  Menapress
Popularité:  +
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.