Un officier français, le major De Gouvello, est affecté au bataillon de reconnaissance au camp Kigali en 1994. Il est Assistant militaire technique (AMT) et considéré comme faisant partie du DAMI. Il évacue un employé du Centre culturel français lors des troubles sanglants de février 1994. Il est vu au Centre culturel français de Kigali le 11 avril, en plein génocide, accompagné par deux membres de la garde présidentielle rwandaise. Que faisait-il au camp Kigali ? Y était-il présent le matin du 7 avril ? Qu’a-t-il fait lors de la mise à mort des dix casques bleus belges et l’assassinat du premier ministre ? Que fait-il le 11 avril avec des gardes présidentiels qui sont le fer de lance des massacres ? Lors de Turquoise, on le retrouve comme conseiller du colonel de Stabenrath. Après le Rwanda, Erwan de Gouvello devient conseiller d’ambassade aux Comores, puis attaché au Protocole au Quai d’Orsay, enfin consul à Lagos.

Cette carrière peu ordinaire suscite bien des questions.

Inscrivez-vous pour lire cet article. C'est rapide et c'est gratuit!
Nous proposerons bientôt un formulaire de paiement à prix libre pour faciliter la diffusion de textes réunis sur ce site tout en permettant le financement de l'impression de la revue au format papier.


En attendant, vous pouvez nous aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.


Vous inscrire sur ce site

Pour vous inscrire.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Titre : Erwan De Gouvello, un bien étrange diplomate
17834 signes + À l’intérieur de la rubriqueN°2 • 2008
Popularité:  +++
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.