Voilà dix ans que tous les ans paraît cette revue consacrée à l’implication française dans le génocide des Tutsi en 1994, en hommage au travail de Jean-Paul Gouteux et à son livre majeur, La Nuit rwandaise, dont cette publication annuelle aura repris le titre. En même temps que cette dixième livraison, nous préparons une nouvelle formule, tentant de rendre plus accessible à tous points de vue le (...)

« La vérité maintenant ! » « Levez le secret-défense ! » Des journalistes, des chercheurs, des militants associatifs, des éditeurs, et des organisations comme Egam ou Survie ont mené campagne autour (...)
Editorial

L’innommable

Voilà dix ans que tous les ans paraît cette revue consacrée à l’implication française dans le génocide des Tutsi en 1994, en hommage au travail de Jean-Paul Gouteux et à son livre majeur, La Nuit (...)
La Rédaction

Chronologie

Rappel chronologique des principaux évènements qui ont marqué l’actualité franco-rwandaise et l’évolution des justices du génocide des Tutsi du Rwanda. 2015 7/avril 21ème commémoration du génocide des (...)
Tableaux faits à partir des jugements sur les procès en cours et les condamnatations prononcées par des juridictions nationales (hors Rwanda) et des informations disponibles. Ceux-ci sont en partie (...)
Il n’y a plus de tribunaux spécifiques pour juger les crimes du génocide des Tutsi rwandais de 1994. Les juridictions rwandaises traditionnelles de quartier (dites « gacaca »), qui ont jugé un très (...)
Faire un point régulier sur les affaires judiciaires concernant les personnes soupçonnées d’avoir participé au génocide et qui résident en France devient un exercice difficile. En effet, d’une année à (...)
Vingt-deux ans après le génocide des Tutsi du Rwanda, alors que la plupart des génocidaires sont libres – ayant purgé leur peine ou n’ayant jamais été inquiétés par la justice – Eugénie nous rappelle ici (...)
« Aider les autres, c’est thérapeutique. Une source non alimentée ne peut pas donner d’eau. Si je tiens debout aujourd’hui, avec mes faiblesses et mes imperfections, c’est parce que je reçois beaucoup (...)
L’amiral Jacques Lanxade a été conseiller militaire du président François Mitterrand de 1989 à 1991 ; puis chef d’État-Major des armées françaises (CEMA), c’est-à-dire « patron » des armées, de 1991 à (...)
Curieux document – le vieil amiral, ancien grand patron de l’armée, acceptant en quelque sorte de « se lâcher », considérant que le « devoir de réserve » n’est plus de mise si longtemps après. Et parlant (...)
Par ses enquêtes rigoureuses sur les crimes commis en exYougoslavie, Florence Hartmann a contribué à la création du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (TPIY) en 1993. Vingt-trois ans (...)
Sur la participation Israélienne au génocide des Tutsi on ne retrouve que très peu d’articles, et essentiellement dans la presse israélienne et anglophone. Cependant les indices sont nombreux et pour (...)
S’« il n’est pas de sauveur suprême », comme dit la chanson, et bien que « nul n’est irremplaçable », les Rwandais ont massivement décidé de permettre au président Kagame de pouvoir les représenter à (...)
Jean-Luc Galabert & Luigi Elongi

Kivu : épicentre du management par la terreur

Depuis octobre 2014, à Beni, dans le Nord-Kivu, une série interminable de massacres à la machette ciblant la communauté Nande a fait plus de 700 victimes. Alors que les violences font tâche d’huile (...)
Le 28 août 2000, l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi, signé après deux années de médiation de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, enrayait la logique d’une trop (...)
Jean-Luc Galabert & Luigi Elongi

Gouverner par la terreur

Que reste-t-il des accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation signés le 28 août 2000 ? Il n’en reste rien ou si peu à l’heure où, isolé au sein même de son parti, le président burundais Pierre (...)
Les représentants de la presque totalité de l’opposition burundaise se sont accordés pour constituer un front uni pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire du Burundi. Réunis à Addis-Abeba ils ont (...)
Avec les Accords d’Arusha, l’armée burundaise avait subi une réforme radicale en intégrant 50 % de Hutu et 50 % de Tutsi, et en relevant le défi de créer un même contingent à partir de combattants (...)
« La vingt-cinquième heure, c’est le moment où toute tentative de sauvetage devient inutile. Même la venue d’un Messie ne résoudrait rien. Ce n’est pas la dernière heure, c’est une heure après la (...)
Une analyse sérieuse du terrorisme n’est ni un amoncellement des faits ni une accumulation des données, mêmes les plus objectives qui soient. D’autant plus qu’historiquement, avec le temps, la mémoire (...)
Aidez-nous !

Aider à financer l'impression de La Nuit rwandaise en achetant un exemplaire papier - sur le site des éditions Izuba - ou en faisant un don.