Michel Sitbon

L’interview de l’amiral Lanxade

Curieux document – le vieil amiral, ancien grand patron de l’armée, acceptant en quelque sorte de « se lâcher », considérant que le « devoir de réserve » n’est plus de mise si longtemps après. Et parlant là extensivement pour la première fois, à notre connaissance, depuis son audition devant la Mission d’information parlementaire en 1998.

Il est aujourd’hui, sans contestation possible, le principal responsable vivant de l’action entreprise par la France au Rwanda. On ne peut que le remercier d’avoir accepté de répondre. Qu’il nous pardonne si nous sommes obligés ici de relever dans ce témoignage ce qui nous semble poser question. Sans plus détour, allons à l’essentiel : il explique « comment ça s’est passé ».

Or on est en droit de s’étonner de l’imprécision de son information, à moins que ce soit sa mémoire qui lui joue des tours. Tout d’abord, dit l’Amiral, avant le 6 avril 1994, « le FPR et Kagame contrôlaient le gouvernement, avec la présidence d’Habyarimana ». Affirmation curieuse quand on sait que le gouvernement d’Agathe Uwilingiyimana, au premier trimestre 1994, était un gouvernement de transition dans l’attente de la mise en place du gouvernement convenu par les accords d’Arusha, que devait présider Faustin Twagiramungu (...)

 l_interview_de_le_l_amiral_lanxade.pdf

Mis en ligne par Michel Sitbon
 8/04/2016

 Documents

 l_interview_de_le_l_amiral_lanxade.pdf
PDF 

Vos commentaires


N°10 • 2016

La Nuit rwandaise 10 - avril 2016 ISBN : 979-10-93440-21-7 EAN : 9791093440217 10 euros
Michel Sitbon

Voilà dix ans que tous les ans paraît cette revue consacrée à l’implication française dans le génocide des Tutsi en 1994, en hommage au travail de Jean-Paul Gouteux et à son livre majeur, La Nuit rwandaise, dont cette publication annuelle aura repris le titre. En même temps que cette dixième (...)

Marie Louise Eteki-Otabela

Une analyse sérieuse du terrorisme n’est ni un amoncellement des faits ni une accumulation des données, mêmes les plus objectives qui soient. D’autant plus qu’historiquement, avec le temps, la mémoire collective s’embrume. L’épistémologie du terrorisme implique à notre avis : d’abord la mise au clair de (...)

Philibert Muzima

« La vingt-cinquième heure, c’est le moment où toute tentative de sauvetage devient inutile. Même la venue d’un Messie ne résoudrait rien. Ce n’est pas la dernière heure, c’est une heure après la dernière heure C’est l’heure actuelle. L’heure exacte. … » - Virgil Gheorghiu Du chef d’œuvre du chanteur (...)

Gratien Rukindikiza

Avec les Accords d’Arusha, l’armée burundaise avait subi une réforme radicale en intégrant 50 % de Hutu et 50 % de Tutsi, et en relevant le défi de créer un même contingent à partir de combattants auparavant ennemis. Sa réussite donna corps à l’espoir d’un dépassement des clivages ethniques. Nkurunziza (...)

LNR

Les représentants de la presque totalité de l’opposition burundaise se sont accordés pour constituer un front uni pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire du Burundi. Réunis à Addis-Abeba ils ont marqué leur détermination en actant la création du Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha (...)

Luigi Elongui , Jean-Luc Galabert

Que reste-t-il des accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation signés le 28 août 2000 ? Il n’en reste rien ou si peu à l’heure où, isolé au sein même de son parti, le président burundais Pierre Nkurunziza s’applique à sauver son pouvoir par la terreur et le quadrillage du territoire par les milices (...)

 La Nuit rwandaise | 2000 · 2020