Eugénie Mukamugema

Bruxelles : l’aide sociale n’a que faire de la douleur des rescapé-e-s

Un appel aux survivants

Vingt-deux ans après le génocide des Tutsi du Rwanda, alors que la plupart des génocidaires sont libres – ayant purgé leur peine ou n’ayant jamais été inquiétés par la justice – Eugénie nous rappelle ici que l’indifférence et l’injustice peuvent tuer, aussi brutalement que le firent sur les collines les grenades et les marchettes. Eugénie dénonce une injustice vécue à Bruxelles, injustice que vivent beaucoup d’autres rescapé-e-s, où l’on voit que malheureusement, la vie des génocidaires prime encore trop souvent sur la douleur destructrice des rescapés.

Elle lance ici un appel.

« Un appel aux survivants des massacres systématiques des Tutsi, de 1959 à 1993, et aux rescapé-e-s de son épilogue, en 1994, à témoigner. »

Leur témoignage est une preuve irréfutable du génocide perpétré contre les Tutsi, leur silence tue d’une façon invisible et permet aux acteurs et complices de ce génocide de se fondre dans la masse et d’échapper à toute forme de justice. »

 bruxelles_-_l_aide_sociale_n_a_que_faire_de_la_douleur_d (...)

Mis en ligne par Eugénie Mukamugema
 7/04/2016

 Documents

 bruxelles_-_l_aide_sociale_n_a_que_faire_de_la_douleur_d (...)
PDF 

Vos commentaires


N°10 • 2016

La Nuit rwandaise 10 - avril 2016 ISBN : 979-10-93440-21-7 EAN : 9791093440217 10 euros
Michel Sitbon

Voilà dix ans que tous les ans paraît cette revue consacrée à l’implication française dans le génocide des Tutsi en 1994, en hommage au travail de Jean-Paul Gouteux et à son livre majeur, La Nuit rwandaise, dont cette publication annuelle aura repris le titre. En même temps que cette dixième (...)

Marie Louise Eteki-Otabela

Une analyse sérieuse du terrorisme n’est ni un amoncellement des faits ni une accumulation des données, mêmes les plus objectives qui soient. D’autant plus qu’historiquement, avec le temps, la mémoire collective s’embrume. L’épistémologie du terrorisme implique à notre avis : d’abord la mise au clair de (...)

Philibert Muzima

« La vingt-cinquième heure, c’est le moment où toute tentative de sauvetage devient inutile. Même la venue d’un Messie ne résoudrait rien. Ce n’est pas la dernière heure, c’est une heure après la dernière heure C’est l’heure actuelle. L’heure exacte. … » - Virgil Gheorghiu Du chef d’œuvre du chanteur (...)

Gratien Rukindikiza

Avec les Accords d’Arusha, l’armée burundaise avait subi une réforme radicale en intégrant 50 % de Hutu et 50 % de Tutsi, et en relevant le défi de créer un même contingent à partir de combattants auparavant ennemis. Sa réussite donna corps à l’espoir d’un dépassement des clivages ethniques. Nkurunziza (...)

LNR

Les représentants de la presque totalité de l’opposition burundaise se sont accordés pour constituer un front uni pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire du Burundi. Réunis à Addis-Abeba ils ont marqué leur détermination en actant la création du Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha (...)

Luigi Elongui , Jean-Luc Galabert

Que reste-t-il des accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation signés le 28 août 2000 ? Il n’en reste rien ou si peu à l’heure où, isolé au sein même de son parti, le président burundais Pierre Nkurunziza s’applique à sauver son pouvoir par la terreur et le quadrillage du territoire par les milices (...)

 La Nuit rwandaise | 2000 · 2020