JUSTICE

Agathe Habyarimana interpellée en France

La veuve Habyarimana va-t-elle être extradée vers Kigali ?

Cinq jours après la visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, Agathe Habyarimana, la veuve du président rwandais assassiné en 1994, a été arrêtée mardi dans l’Essonne où elle réside depuis 12 ans, à la demande de Kigali qui réclame son extradition pour son rôle présumé dans le génocide.

Elle avait été exfiltrée par l’armée française, avec quarantaine de responsables du
parti génocidaire, aux premiers jours du génocide.

Agathe Kanziga, veuve Habyarimana, a été interpellée peu avant huit heures à son domicile de Courcouronnes, dans l’Essonne, sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités rwandaises pour génocide, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Kigali l’accuse d’avoir participé à la planification et à l’organisation du génocide. Elle est souvent présentée comme une membre de l’« Akazu », le premier cercle du pouvoir hutu qui a planifié le génocide.

En France, déjà en octobre 2009, la Commission de recours aux réfugiés avait ainsi pris « acte de la réalité de son départ du pays le 9 avril 1994, diverses indications révèlent également ses interventions, depuis l’étranger, dans les affaires intérieures rwandaises, en liaison continue avec des personnalités du gouvernement intérimaire, impliquées dans le génocide, et sa tentative de mettre à leur service ses accointances au sein de la communauté internationale », ajoutant que « ces développements permettent dès lors d’établir la réalité de l’influence prépondérante de l’intéressée dans le fonctionnement du pouvoir politique tel qu’il s’est réellement exercé au Rwanda de 1973 à 1994, notamment par un rôle de coordinatrice occulte de différents cercles politique, économique, militaire et médiatique, de souligner également la réalité de son positionnement prépondérant au sein de ce qui a été désigné comme l’akazu, au sens d’une confrérie fondée sur des liens familiaux, d’affaires ou d’intérêts impliquée dans l’exercice autoritaire du pouvoir par l’intermédiaire de structures de violence organisée, de déterminer enfin sa participation, au sein de ces différentes structures, à l’élaboration et à la préparation de massacres sur une base ethnique d’avril à juillet 1994 ».

Nicolas Sarkozy et son homologue rwandais Paul Kagame, qui a longtemps accusé la France de complicité de génocide, ont scellé la réconciliation entre les deux pays après trois ans de rupture des relations diplomatiques. Cette arrestation peut ainsi être interprétée comme un gage de bonne conduite de la France envers les engagements pris à Kigali par son président.

Au cours de cette visite, le président français a en effet affirmé sa volonté que « tous les responsables du génocide soient retrouvés et soient punis (..) où qu’ils se trouvent » tout en rappelant être tenu par « l’indépendance de la justice ».
Evoquant sans la nommer le cas d’Agathe d’Habyarimana, il a rappelé que la France a « refusé l’asile politique à une des personnes concernées, et (qu’) il y a une procédure judiciaire engagée ».

Réfugiée à l’ambassade de France au début des massacres, Agathe Habyarimana avait été exfiltrée vers Paris par des militaires français lors de l’opération Amaryllis (8-14 avril 1994). Après avoir résidé au Gabon, au Zaïre et au Kenya, elle s’est installé en France en 1998.

En octobre 2009, le Conseil d’Etat a refusé la demande d’asile qu’elle avait présentée cinq ans auparavant, arguant qu’il y avait des « raisons sérieuses de penser » à son implication « en tant qu’instigatrice ou complice » dans le « crime de génocide » entre avril et juillet 1994 au Rwanda.

On retiendra notamment de la décision de la Commission de recours aux réfugiés que cette dernière estime avoir « des raisons sérieuses de penser que Mme Agathe KANZIGA veuve HABYARIMANA a participé en tant qu’instigatrice ou complice à la commission du crime de génocide, entendu au sens des stipulations de l’article 1er, F, a) de la convention de Genève. »

Mme Habyarimana est par ailleurs l’objet d’une enquête à Paris ouverte en 2008 à la suite d’une plainte la visant notamment pour complicité de génocide. Elle n’a à ce stade pas été entendue par les juges d’instruction chargées du dossier.
Dans le cadre de la procédure d’extradition pour laquelle elle a été interpellée, Agathe Habyarimana doit être présentée dans les 24 heures devant le parquet d’Evry puis devant le parquet général de Paris dans un délai de sept jours.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris devra ensuite statuer sur la demande d’extradition de Kigali.

[Sources : Le Parisien, La Nuit rwandaise, AFP]

0 vote
Mis en ligne par LNR Web
 2/03/2010

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 70 articles référencés

Gishwati-Mukura Landscape designated UNESCO biosphere reserve

  The Gishwati-Mukura landscape in Rwanda’s Western Province was today named among the World Network of Biosphere Reserves by the United (...)
28/10/2020

L’ex procureur général Mutangana Jean Bosco arrêté

  Mutangana Jean Bosco Le Bureau rwandais d’investigation (RIB, Rwanda Investigation Bureau) annonce l’arrestation de l’ancien procureur (...)
28/10/2020

Connexions congolaises : la sélection musicale du « Monde Afrique » #25

  Originaires de RDC, le rappeur Badi, le chanteur Pierre Kwenders et la mannequin Lous and The Yakuza brisent les frontières et les (...)
28/10/2020

Exhumation de 5000 corps des victimes du génocide dans le district de Gatsibo

  Des responsables d’Ibuka, l’organisation faîtière des survivants du génocide, se sont associés aux autorités locales et à d’autres (...)
28/10/2020

Lieux de culte, mariage et funérailles : le gouvernement assouplit les restrictions

  Le nombre de personnes dans une messe ou un mariage augmente Le gouvernement rwandais a décidé d’augmenter le nombre de personnes pouvant (...)
28/10/2020

Permis de conduire : les examens vont enfin reprendre

  Depuis les mesures de confinement prononcées par le Gouvernement pour endiguer la propagation de la pandémie de Covid-19, les examens du (...)
28/10/2020

Rwanda-Burundi - Vers une sortie de la crise ?

  [MAP] Kigali -- Après plus de cinq ans de relations à couteaux tirés, de défiance et d'accusations mutuelles, le Rwanda et son voisin (...)
28/10/2020

“Opening of Consulates General in Moroccan Sahara, Fruit of Wise African Policy of His Majesty (...)

  The continued opening of Consulates General of friendly and brotherly countries in Laâyoune and Dakhla is the fruit of the wise African (...)
28/10/2020

L’ouverture de Consulats Généraux au Sahara marocain, fruit de la sage politique africaine de Sa (...)

  La poursuite de l’ouverture de Consulats Généraux de pays amis et frères à Laâyoune et à Dakhla est le fruit de la sage politique africaine de (...)
28/10/2020

« L’ouverture d’un Consulat Général de la Zambie à Laâyoune concrétise l’appui à la marocanité du (...)

  L’ouverture mardi d’un Consulat Général de la Zambie à Laâyoune vient concrétiser l’appui de ce pays d’Afrique australe à l’intégrité (...)
28/10/2020

“Opening Eswatini’s Consulate General in Laayoune, ‘Sovereign Act’ in Support for Morocco’s Rights (...)

  The opening on Tuesday of a Consulate General of the Kingdom of Eswatini in Laayoune is a “sovereign act of solidarity and support” for (...)
28/10/2020

L’Eglise anglicane du Rwanda félicite Mgr Antoine Kambana appelé au cardinalat

  L’Eglise anglicane du Rwanda a salué ce mardi 27 octobre la création du Cardinal Antoine Kambana par le Pape François. Le primat de (...)
27/10/2020

Sites Web 39

Les articles 81

IMG: L'État français et le génocide des Tutsis au Rwanda L’association Survie publie un nouveau « Dossier noir » le sur le rôle de l’Etat français dans le génocide des Tutsis au Rwanda. « Vingt-cinq ans après les (...)
IMG: Jean-Franklin Narodetzki enterré aujourd'hui à Pantin On apprend la triste nouvelle de la disparition de notre collaborateur Jean-Franklin Narodetzki. Nous l’aurons peu connu, mais depuis longtemps, depuis le (...)
IMG: Bisesero, un crime français Ce 27 juin est parue une enquête de Vénuste Kayimahe et Jacques Morel, qui vient compléter les informations précédemment recueillies, rappelant que les (...)
IMG: Éditorial : les faits sont têtus Il y a vingt ans, on assistait au génocide des Tutsi. On pouvait deviner aussitôt qu’il y avait une implication française. Dès avril, Courrier international (...)
IMG: Signez la pétition : Rwanda, la France ne doit plus cacher la vérité ! L’association Survie lance une pétition, pour « briser la loi du silence » et « obtenir la vérité » sur l’implication française dans le génocide des Tutsi, au (...)
IMG: Procès contre les militaires : annulation en appel de la plainte contre la Nuit rwandaise La Cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de la 17ème chambre du Tribunal correctionnel annulant l’ensemble des citations délivrés à l’initiative des (...)
 La Nuit rwandaise | 2000 · 2020