Communiqué des associations françaises des rescapés du génocide Tutsis

COMMUNIQUE de PRESSE

Paris, le 26 février 2010

« Les rescapés rwandais de France attendent une coopération judiciaire sans équivoque pour traduire devant les tribunaux les auteurs du génocide des Tutsis qui vivent sur le sol français »

Nous, les associations Communauté Rwandaise de France (CRF), IBUKA France et Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR) sommes heureuses de la reprise des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda. Nous en sommes d’autant plus heureuses que cette reprise est passée par l’épreuve d’explications entre les gouvernements des deux Etats sur les origines des difficultés qu’ils avaient à échanger, à communiquer et à construire des liens normaux de coopération. Ces explications ne sont sans doute pas terminées. Mais le dialogue qui s’instaure à travers l’échange d’ambassadeurs et la visite du Président Nicolas Sarkozy à Kigali, permettra de parcourir plus aisément la partie du chemin qui reste pour y parvenir.

Jusqu’à présent, la nature ou l’absence de relations entre les deux pays ont maintenu la France à l’écart des discussions et des efforts sur la reconstruction du Pays des Mille Collines, la plaçant dans une position telle qu’elle ne pouvait participer pleinement au travail de mémoire ni remplir ses obligations en matière d’assistance aux rescapés du génocide. Au Rwanda, des milliers de rescapés souffrant de traumatismes divers, de séquelles, de blessures mal soignées ou contaminés par le Sida pendant le génocide, attendent la visite de médecins français, autant que les programmes de développement attendent les investisseurs hexagonaux. De ce point de vue, les déclarations que nous entendons, les faits et les gestes que nous observons en ce moment sont riches de promesses.

Très concrètement, nous attendons :

- que la France s’engage résolument dans le travail de justice pour le Rwanda par une coopération judiciaire sans équivoque et que les associations qui ?uvrent dans ce domaine bénéficient de ressources budgétaires et financières à la hauteur des enjeux dans la seule finalité de traduire devant les tribunaux les auteurs du génocide vivant en toute impunité sur le sol français. Que les juges d’instruction en charge des dossiers du génocide soient déchargés de toutes les autres affaires.

- que les rescapés du génocide puissent continuer à se reconstruire en leur apportant concrètement toute l’aide nécessaire tant psychologique que financière.

- que les élus, les responsables politiques et les intellectuels français s’associent à notre combat pour empêcher, sur le territoire français, toute expression de négationnisme et/ou de révisionnisme à l’égard du génocide des Tutsi au Rwanda.

Présidente de CRF
Viviane MITILLA PEYRE
Contact : 06 20 29 04 50

Président d’IBUKA
Marcel KABANDA
Contact : 06 59 18 51 65

Président du CPCR
Alain GAUTHIER
Contact : 06 76 56 97 61

Vos commentaires

voir aussi

Plaintes contre l’armée française : la machine criminelle est (...)

Plaintes contre l'armée française : la machine criminelle est toujours opérationnelle, comme au Burundi

Vers le Nuremberg des responsables français engagés au Rwanda (...)

Vers le Nuremberg des responsables français engagés au Rwanda ?
 La Nuit rwandaise | 2000 · 2021