« Dossier Marschner »

La France et le financement du génocide

Rapport de la COB, courriers et autres documents

« L’argent de mes clients a aussi servi au financement du génocide par la France. »

Martin Marschner von Helmreich vit à Monaco et est un spécialiste de la haute finance.

En 1991, il est directeur commercial des OPCVM (Organisme de Placement Collectif de Valeurs Mobilières) auprès d’une grande banque française, le Crédit National, qu’il quittera en avril 1991 pour devenir « apporteur d’affaire » à Rochefort Finances.

Jusqu’au mois de septembre 1994, il collectera ainsi plus de 207 milliards de francs de placement pour Rochefort Finances auprès de grands « institutionnels » et entreprises publiques, parmi lesquels la RATP, la SNCF, CEA, la SEITA, Air France, la Banque de France.

Martin Marschner von Helmreich estime être un témoin de premier plan de l’implication de l’Etat français dans le financement du génocide des Tutsi : en 1994, il avait signé une convention de courtage financier avec la Caisse centrale de réassurance (CCR), où il avait déposé l’équivalent de trois millions d’euros.

Le 19 août 1994, la CCR, une compagnie de réassurance dépendant directement du Trésor public, lui fit savoir qu’elle avait perdu un milliard de francs français de l’époque, appartenant à sa filiale Rochefort Finances.

Rochefort Finance, était, jusqu’en 1995, une maison de titres, dépositaire et promotrice d’une vingtaine d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) (càd des Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) et des fonds communs de placement). La SA Rochefort Finances avait pour société mère, à concurrence de 60 % des parts, la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), établissement public, devenue société anonyme en 1992, mais dont l’actionnaire principal était l’Etat français. La CCR avait pour objet de gérer les fonds collectés par les compagnies d’assurance au titre de catastrophes naturelles.

Le 14 septembre 1994, coup de théâtre : le trésor public français, sans explications, rembourse l’intégralité de cette somme…

Il nous a affirmé en 2008 que les documents qu’il a en sa possession prouvent le financement, via Rochefort Finances et La Caisse Centrale de Réassurance, de plusieurs livraisons d’armes vers le Rwanda, alors sous embargo, et en plein génocide...

Certains des documents transmis par Martin Marschner on été scannés et sont disponibles au format pdf sur ce site.

Ils sont accessibles ici.

___

Les articles que nous avons déjà publié :

• « L’argent de mes clients a aussi servi au financement du génocide par la France »

• Le financement du génocide au Rwanda par la Caisse Centrale de Réassurance : les implications

• Le financement du génocide au Rwanda en 1994

• Témoignages auprès de la Commission d’enquête rwandaise sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi

___

A voir sur d’autres sites :

• Grands Lacs Info : « Une société française 100% étatique a financé de 1990 à 1994 des faits qui ont conduit au génocide rwandais »

• Site internet de la Commission des Opérations de Bourse : www.cob.fr

• Dossier « Le financement du génocide au Rwanda » sur le site Paradis Fiscaux et Judiciaires

Le Rwanda : les créanciers du génocide, article d’Éric Toussaint sur le site du CADTM

L’usage de la dette extérieure du Rwanda (1990-1994), La responsabilité des bailleurs de fonds, par Michel Chossudovsky et Pierre Galand sur le site de Globalreshearch

Certains des documents transmis par Martin Marschner on été scannés et sont disponibles au format pdf sur ce site.

Ils sont accessibles ici.

voir aussi

« L’argent de mes clients a aussi servi au financement du (...)

« L’argent de mes clients a aussi servi au financement du génocide par la France »

Le financement du génocide au Rwanda en 1994

Le financement du génocide au Rwanda en 1994
 La Nuit rwandaise | 2000 · 2021