N°3 • 2009

Numéro 3

La Nuit rwandaise n° 3 • 7 avril 2009 485 pages • 10 euros ISBN 2-84405-236-3
0 vote
LNR

La troisième livraison de La Nuit rwandaise, revue annuelle sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994, est dédiée à la mémoire d’Alison Des Forges et de Jean Carbonare. Alors qu’à la veille de la quinzième commémoration du génocide, l’opinion est focalisée sur (...)

Serge Farnel

Jean Carbonare n’est plus. Celui a incarné la conscience française au Rwanda – cette conscience qui aura tant fait défaut. Il est l’homme qui, devant des millions de téléspectateurs, aura dénoncé non seule- ment la préparation génocide des Tutsi, mais aussi « notre pays, qui supporte militairement et (...)

Serge Farnel

Début novembre 2008, Rose Kabuye, directrice du protocole prési- dentiel rwandais, était arrêtée à Francfort, en vertu d’un mandat d’arrêt prononcé par le juge Bruguière avant de prendre sa retraite.

Benjamin Chevillard

Le mercredi 19 octobre 1983 paraît Affaires africaines. Il s’agit d’un livre de 279 pages auxquelles s’ajoutent 54 pages de documents et une chronologie. Bien que son titre ne le laisse pas clairement entendre, l’enquête se focalise sur le Gabon, et sur les relations du sommet de l’État gabonais (...)

Serge Farnel

Dans l’ouvrage Le monde selon K., sorti aux éditions Fayard en janvier 2009, Péan consacre deux chapitres aux tribulations de Kouchner au Rwanda. Soixante dix pages au cours desquelles il se contente de recycler les vieilles ficelles qu’il utilisa, trois ans plus tôt, aux fins de bâtir un (...)

Bruno Boudiguet

La meilleure façon de comprendre Pierre Péan, c’est d’examiner son œuvre. Remontant aux origines de sa carrière de « déstabilisateur », on rencontre la très fameuse affaire des diamants de Giscard d’Estaing, une « affaire » qui a indiscutablement coûté sa réélection à ce dernier. Bruno Boudiguet a (...)

Serge Farnel

Le livre de Pierre Péan, Noires fureurs, blancs menteurs, est particulièrement scandaleux.

Michel Sitbon

Ce ne fut pas une mince surprise que d’apprendre, grâce aux articles de la journaliste belge Colette Braeckman, dès le mois de juin 1994, que les auteurs de l’attentat où avait disparu les présidents du Rwanda et du Burundi pourraient avoir été des soldats français. Ainsi, non seulement la France avait (...)

Jeanine Munyeshuli Barbé

Note de lecture : Le massacre des Bagogwe, un prélude au génocide des Tutsi, Rwanda (1990 - 1993), Diogène Bideri, l’Harmattan, 2009 Le génocide des Bagogwe est le plus souvent mentionné comme anecdotique. Grâce au livre de Diogène Bideri, on en prend la mesure. On comprend qu’en fait le génocide (...)

Bruno Gouteux

En 1991, Martin Marschner est directeur commercial des OPCVM (Organisme de Placement Collectif de Valeurs Mobilières) auprès d’une grande banque française, le Crédit National, qu’il quittera en avril 1991 pour devenir « apporteur d’affaire » à Rochefort Finances. Jusqu’au mois de septembre 1994, il (...)

Michel Sitbon , Bruno Boudiguet

Dans le contexte de « l’affaire Péan-Kouchner », les débats se sont singulièrement dégradés. La contradiction serait entre, d’un côté, la négation des responsabilités françaises, avec Kouchner, et, de l’autre, le négationnisme pur et simple, avec Péan. Même en lisant la presse de gauche, on oscille aujourd’hui (...)

Emmanuel Cattier

Les accords de cessez-le-feu entre le gouvernement rwandais et le FPR, depuis celui signé le 29 mars 1991, stipulait le départ des troupes françaises du Rwanda et l’interdiction aux belligérants de s’approvisionner en armes. La France n’a pas respecté ces clauses au prétexte que ses troupes n’étaient (...)

 La Nuit rwandaise | 2000 · 2020